Louise Desgarcins

Pseudonyme de Magdeleine-Marie Des Garcins
Née le , décédée le
Elle avait pour elle une voix enchanteresse, d’une douceur, d’une tendresse inouïe. Ses yeux noirs ombragés de longs cils laissaient échapper la passion, et si l’immobilité ne lui convenait pas, elle était sublime dans le mouvement et dans les larmes, écrit Lyonnet.
En 1791, elle suivit Talma rue de Richelieu dans la troupe dissidente. Elle mourut prématurément s’étant poignardée par amour et jalousie.
9 spectacles

Comédienne